La technique de Raguenet

Publié le par Bloggesse

 

1750-1760-La-rue-de-la-mortellerie-l-Ile-Saint-Louis-le-Pon.jpg1750 - Voyez la rue de la Mortellerie, à son débouché en place de Grève ; un peu plus loin, du même côté, le Port au Bled ; de l'autre côté de la rivière, l'isle Saint-Louis et le pont Rouge par lequel on entre dans la Cité


CIMG5225.JPGCIMG5226CIMG5227.JPG

2010 - Trois photos pour une toile (ou l'illustration d'une déformation créée par les "boîtes noires")

Le cadre à graticuler

La graticulation divise l'espace en carrés et facilite l'élargissement ou la réduction proportionnés ; elle permet de dessiner les objets en les regardant à travers un écran en ligne avec la surface à dessiner. Des repères fixes peuvent ainsi être marqués facilement avec ce système de coordonnées.                                                

filigrana   camera obscuracamera obscura 2

 

Dessiner avec un cadre à graticuler
Dessiner avec une chambre obscure 
Underweysung der Messung, mit dem Zirckel und Richtscheyt, Albrecht Durer, Nuremberg, 1525
(Cours sur la manière de mesurer à l'aide du compas et de l'équerre)
 

La camera obscura

Des instruments d'optique comme la chambre noire (camera obscura) ou la chambre claire (camera lucida) étaient couramment utilisés par les peintres pour mieux reproduire le réel.

Ce fut le cas des Hollandais de la seconde moitié du XVIIe siècle (Vermeer de Delft, Hoogstraten) ou des Védutistes italiens des XVIIe et XVIIIe siècles (Vanvitelli, Zucarelli, Canaletto et Bellotto). Le phénomène intéressera ensuite les Arabes au XIe siècle, Roger Bacon en Angleterre au XIIIe siècle et Léonard de Vinci en France au XVIe siècle.

Dès l'Antiquité, les Grecs avaient découvert la chambre obscure :

Aristote, alors qu'il se trouvait dans une pièce obscure durant une éclipse solaire, remarqua qu'un rayon passant par une ouverture projetait sur le mur opposé une image inversée dont la grandeur augmentait à mesure que s'accroissait la distance à partir de l'ouverture.

Des textes réunis par Christian Biet (Université Paris X) et Vincent Jullien (Ecole Normale Supérieure), sous le titre Le siècle de la lumière, 1600-1715, relatent clairement ces travaux d'optique à travers les âges, parmi lesquels l'article La chambre obscure et ses effets sur la représentation du réel, où Dominique Desirat écrit ce qui suit :

« [...] la chambre obscure fut utilisée dans les théories optiques pour faire comprendre le phénomène de la vision, [théories] appuyées sur les connaissances anatomiques disponibles à cette époque. En outre, dès son apparition, elle fut liée à l’astronomie puis à la cartographie. Nous avons cité Kepler et Hooke qui, les premiers, en recommandèrent l’usage aux dessinateurs. Tout prouve qu’au cours du XVIIe siècle et davantage encore au XVIIIe siècle, les constructeurs de chambres obscures se multiplièrent, que les modèles inventés étaient chacun adaptés à leur usage et que l’on prenait en compte tout ce que l’on avait compris sur les lentilles et le moyen de les fabriquer. Elles faisaient naturellement partie de l’équipement des voyageurs et des amateurs. [...] Elle est un moyen d’observation et pas une machine pour dessiner directement la nature. C’est ainsi que son usage est généralement compris au XVIIIe siècle ; voici ce qu’en dit Don Pernety dans son Dictionnaire portatif de peinture, sculpture et gravure en 1756 : machine de catoptrique au moyen de laquelle tout homme peut dessiner une figure, un paysage et tout autre objet, sans savoir la peinture ni le dessin même. Elle représente en petit tous les objets extérieurs avec leurs couleurs naturelles. »

[catoptrique : science qui apprend comment la lumière se réfléchit et les effets de cette réflexion]

chambre1813

Chambre obscure portative vers 1840
Lycée Duclaux, Aurillac (15000), France

Le coin des connaisseurs

L'emploi de ces dispositifs est décelable dans un tableau par des particularités de style propres à la vision optique :

- compression de l'espace en profondeur,
- grossissement exagéré, et
- flou des détails au premier plan dû à la réfraction de la lumière.

Déjà Canaletto mettait en garde contre l'infidélité de la perspective restituée par la camera oscura.

 

Voilà pourquoi trois photographies sont aujourd'hui nécessaires pour représenter une vue peinte par Raguenet.

 

 

Sources et liens :

A big thanks to Loyal2Art.com whom I borrowed the 'camera obscura' pictures

Le siècle de la lumière 1600-1715, par Christian Biet et Vincent Jullien, ENS LSH, 2002

Cerner l’objet indéfinissable et pourtant toujours à définir du « siècle de la lumière », cerner l’incernable, isoler les définitions et traquer les conduites de l’homme face au spectre lumineux. Pendant trois années durant, dix-sept chercheurs (philosophes, littéraires, spécialistes de l’histoire des sciences et de l’histoire de l’art) ont mené une enquête méthodique qui s’attache d’abord aux fondements philosophiques et scientifiques de la notion pour ensuite atteindre sa représentation en littérature et peinture.

Sur l'art des vedutistes : Les veduti, ou vues de Venise au XVIIIe siècle, Un courant qui secoua la lagune, par Vera Lewisje 

Commenter cet article